Coucher avec un flic – la suite

bref j'ai couché avec une flic

…Suite de l’article coucher avec un flic.
L’article est en parti écrit au neutre.
Il y a des propos sexuellement explicites

Vouloir coucher avec un flic, pourquoi pas. Chacan est libre de faire ce qu’al veut. Mais attention de ne pas faire n’importe quoi ! Je commencerai l’article par cette anecdote qui prête à sourire, même si on est à la limite de l’agression involontaire. Mais al y en a qui voulaient…
https://www.lavoixdunord.fr/612464/article/2019-07-12/rouen-un-policier-confond-le-temoin-d-une-enquete-avec-un-rencard

Fantasme (ou pas) de l’uniforme

Histoire sympa, Volo

bien zarbos voloDans le précédent article, je disais être comme Pogomarto ne pas aimer les uniformes et c’est toujours le cas.

Pour Volo (que j’avais déjà convoqué dans l’article Le Medef en double), on peut imaginer que les personnes avec un uniforme ne sont pas à la base dans leur panthéon du fait des forces oppressives qu’ils représentent et des contraintes qu’ils imposent.
Mais visiblement il peut y avoir des exceptions. C’est ce que l’on découvre dans leur premier album Bien Zarbos de 2005 et la chanson histoire sympa.

Il fallait que je prenne le train à tout prix
D’ailleurs je ne me suis pas fait chier, je l’ai pris
Sans billet sans ticket sans titre de transport
J’espérais seulement ne pas tomber sur un de ces gros porcs
Au sourire sadique quand il vous demande
Une pièce d’identité oh oui c’est sûr il bande
Il doit jouir trop fort ça se voit dans le plus profond de son regard
Quand il vous dit monsieur j’vous fous dehors à la prochaine gare
Mais hallucinant pour moi ce jour-là le trajet fut d’enfer
A marquer dans les annales du chemin de fer
Le contrôleur en fait était une contrôleusePetite culotte à fleurs, un corps de danseuse
Elle m’a fait l’amour, je meurs si je mens
(Pa-pa-pa)
Dans un compartiment
Elle m’a tout fait goûter
Les banquettes et les portes bagages
Et m’a laissé sa casquette – souvenir du voyage{ AaahaC’est une histoire sympa
Aaaha
Ca s’peut pas
Et pourquoi pas ?
Aaaha
C’est une histoire sympa
Aaaha
Ca s’peut pas
Et pourquoi pas ? }Sur le quai de la gare
Cheveux ébouriffés
Le regard hagard
Je veux aller me chercher à bouffer
Soudain un chien me barre le passage
J’entends : « Viens là Rintintin ! »
Et le chien se dégage
C’est une fille qui l’appelle
Oh, mon dieu ce qu’elle est belle
Habillée junkie tendance keupon inspiration babos
Mais l’habit ne faisant pas le moine
C’est une fausse
Putain de merde, c’est la douane
Dix minutes plus tard elle a fouillé mon sac
L’interrogatoire pas de coke pas d’héro pas de crack

Dans six mètres carrés en caleçon pathétique
J’ai failli pleurer quand je l’ai vue sortir son gant en plastique
Mais en fait c’est menotté au radiateur
Qu’elle m’a fait l’amour version ministère de l’intérieur
Passage à tabac toutes lumières éteintes
Mais bon je n’irais pas, non, je n’irais pas porter plainte

Quand on fait l’amour
Il y a le fond et la forme
Et moi depuis ce jour
Je suis à fond pour l’uniforme
Quand on fait l’amour
Il y a le fond et la forme
Et moi depuis ce jour
Je suis à fond pour l’uniforme

Quand on fait l’amour
Il y a le fond et la forme
Et moi depuis ce jour
Je suis à fond pour l’uniforme
Aaaha

et le gant en plastique nous amène directement à

Fist fuck club – Ludwig Von 88

Houlala 2 La MissionComment dans une chanson déconnante mêler une dénonciation de la pédocriminalité des curées, le fétichisme d’uniforme (Policier, para(chutiste), maître nageur (notamment des CRS)) ? Al suffit pour cela de replonger en 1987 dans Houlala 2 : La Mission.

– S’il vous plait… S’il vous plait… Bienvenue au Fistfuck Playa Club
– Wouais…

Fist ! Fuck ! Club !

Policier moustachu
Aime la bite aime le cul
Vieux curé super bandant
Aime bien sucer les enfants

Fistfuck ouha ! (x 3)
Fistfuck !

Panoplie tout chaine tout cuir
Super para aime séduire
Apprenez le geste qui sauve
Fistfuck fistfuck fistfuck ouah !

Fistfuck ouha ! (x 3)
Fistfuck !

Plage de nudistes en été
Pour maître nageur bien bronzé
Ambre solaire des pieds au front
Plus ça glisse et plus c’est bon

Fistfuck ouha ! (x 3)
Fistfuck !

Polonais super bourré
Par le Fistfuck Playa Club
Résidu baba défoncé
Par le Fistfuck Playa Club

Fist ! Fuck ! (x 5)

Un ! Deux ! Trois ! Quatre !

Policier moustachu
Aime la bite aime le cul
Vieux curé super bandant
Aime bien sucer les enfants

Fistfuck ouha ! (x 3)
Fist ! fuck ! Club !

Ben c’était long hein ?
Ho oui mais c’était court !

Disons-le, j’adore cette chanson. Mais comme elle est un peu/beaucoup contre les flics, elle peut donner l’impression que le fist n’est qu’une pratique dégradante pour personnes peu fréquentables.

Pour contrebalancer cet aspect erroné voici une série de témoignages et surtout deux séries de conseils car cette pratique entre personnes consentantes nécessite un ensemble de conduites dont la douceur/tendresse, prendre le temps, la communication, les gants (attention aux ongles et au vernis), le lubrifiant…

Vie de couple

Derrière l’uniforme al y a des personnes réelles qui peuvent (chacan fait comme al veut) vivre en couple. Cette vie, est notamment décrite dans deux chansons.

Brigitte femme de flic, ministère A.M.E.R.

Cette chanson pourrait rentrer dans la ligne de l’article, mais je me contente de la mentionner sans plus car elle est plutôt insultante pour tout le monde : police, famille et en fait les habitanz du quartier et que l’on cherche à humilier le policier par l’humiliation des femmes.

Ce qui me choque ne sont ni les pratiques sexuelles ni le multi-partenariat car quand c’est entre personnes consentantes tout est possible. Alors oui, si Monique et Brigitte aiment le sexe, laissons les le pratiquer et au lieu de les rabaisser faisons une chanson qui leur rend honneur.

Par contre chez Dominique c’est bien le flic qui est visé.

Soirée paisible sur la banlieue, Dominique Grange

Comme Volo, les Ludwig, Dominique Grange est déjà apparu sur mon blog. Cette fois-ci allons dans l’album Hammam Palace de 1981, avec la sixième piste soirée paisible sur la banlieue.

Dans cette chanson intimiste,de vie quotidienne de famille et de voisinage Dominique Grange raconte tout le mal qu’elle pense de la police sans faire de séparation entre la fonction et l’individu…

Pour des raisons étranges, je n’ai pas trouvé de paroles sur internet ni de vidéo youtube. Tout ce que j’ai est cette pochette.

Je vous ai donc retranscrit les paroles et vous propose d’écouter sur deezer.

Texte : Jacques TARDI et Dominique Grange
Musique : Dominique Grange

Soirée paisible sur la banlieue
Comme on est heureux
Soirée paisible sur la banlieue
Comme on est heureux

C’est sûr que quand il rentre chez lui
Tout l’monde est sympa avec Monsieur Louis
Bon voisin
Bon copain
Estimé sur son palier
Personne ne pense à l’emmerder

Il fait manger son enfant
Et joue avec lui quelques instants
Avant d’aller
Le coucher
Pendant que dans la cuisine
Sa femme prépare le dîner

Soirée paisible sur la banlieue
Comme on est heureux
Soirée paisible sur la banlieue
Comme on est heureux

Tout à l’heure il f’ra la vaiselle
Pour faire plaisir à Giselle
La maman
De son enfant
Il les aime tant tous les deux
Rien qu’d’y penser il en a les larmes aux yeux

Pourtant il a tabassé
Plusieurs types dans la journée
Dans son panier
A salades
Monsieur Louis est le seul maître à bord
Le roi du corps à corps

Soirée paisible sur la banlieue
Comme on est heureux
Soirée paisible sur la banlieue
Comme on est heureux

C’est sûr que quand il rentre chez lui
Tout l’monde est sympa avec Monsieur Louis
Bon voisin
Bon copain
Estimé sur son palier
Personne ne pense à l’emmerder

Il a descendu la poubelle
Comme le lui demandait Giselle
Et maint’nant
Le cœur battant
Avec ses grosses mains d’assassin
Il lui caresse les seins

Soirée paisible sur la banlieue
Comme on est heureux
Soirée paisible sur la banlieue
Comme on est heureux

 

A vous de laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.