Une autre Jeanne d’Arc

Petit article pour une personne/mythe dont le deuxième dimanche de mai est une fête nationale française.

Les récupérations que je n’aime pas

Si vous avez déjà lu d’autres articles du site (comme trois chansons contre Marine) vous savez que les idées nauséabondes du FN/RN ne sont pas les miennes. Cet article est un peu une réponse à la réappropriation d’un mythe (il y a la personne réelle, l’Histoire, et le mythe) par une mouvance que je combats.
Inutile de dire que la version de l’Église m’indiffère (voir plus).

Qu’est-ce qui est intéressant ?

Non, ce qui m’intéresse est le côté queer de Jeanne d’Arc.

Il est dit qu’elle (avec le chevalier d’Éon) est la sainte patronne des travestis et/ou transgenres (selon les moments), et m’étant défini comme travesti, et maintenant transgenre, les deux me vont.

Si on va plus loin que ce que l’on peut apprendre lorsqu’on ne s’intéresse pas au sujet, c’est qu’à son époque (et à d’autres) elle n’a pas été la seule à prendre les armes et qu’elle s’inscrit dans la série des saintes travesties,

Pour les sœurs de la perpétuelle indulgence, la bénédiction mentionne :

Que Sainte Pouffe, patronne des Couvents de France,
Sainte Tapiola, patronne des Garçons qui aiment les Garçons,
Sainte Sapho, patronne des Filles qui aiment les Filles,
Sainte Cyclète, patronne des Bi,
Saint Peter, patron des Pan (ndla : ajout pour l’avoir entendu)
Saint Jean d’Arc, patron des Transgenres,
Sainte Rita, patronne des causes désespérées, et donc des hétéros,
Veillent sur vous avec Amour, Joie et Paix.

https://www.lessoeurs.org/le-couvent/toute-notre-histoire

Sur ce sujet on peut lire :

Cet article est un peu ma contre-fêtes johanniques et ma réappropriation.

Des chansons

Évidement, je vous passe toutes les chansons à tournure religieuse, patriotique… pour aller vers la dérision, l’érotisme…

Du déjà vu – les Ludwig Von 88

C’est la première que je remets une chanson déjà utilisé. C’est Jeanne d’Arc des ludwig von 88. Je l’avais convoqué pour un article sur Star War… Globalement, c’est la moins respectueuse pour ceulles en faisant une héroïne religieuse et/ou patriotique.

Jeanne d’Arc était black – François Hadji-Lazaro (2002)

Plus poétique, érotique et cosmopolite, sur l’album solo de 2002 Et si que… de François Hadji-Lazaro … en 2020 on peut écouter sur une musique d’inspiration médiévale Jeanne d’Arc était black. C’est cette chanson qui m’a donné envie de faire l’article.

16 ans plus tard, c’est une personne racisée qui est choisie (par toute une série de critère) pour incarner Jeanne à Orléans pour les fêtes officielles.

Un peu « largaoui », rêvassant dans la clairière
Je songeais accroupi, aux fées épanouies
Soudain, sous mon nez, s’arrêta un pied en fer
« Bonjour Mademoiselle »
C’était Jeanne la pucelle
Sans vous déranger me dit elle, un peu timide
Vous n’auriez point vu mon fier destrier
Non madame, lui dis je, la forêt, elle est bien vide
L’année deux mille n’est plus celle
Des sabots et des selles
Alors, elle m’a dit: « Hé Babar
« Tu crois que j’suis là par hasard? »
Timidité soudain évanouie
Jeanne d’arc me « renversit »
L’amour en armure
C’est beaucoup plus dur que dur
Caresser l’mamelon nécessite tire bouchon
Elle m’a dit petit page, j’ai chaud,
J’enlève mon casque
Surprise émerveillement !,
Jeanne d’arc était black
Elle m’a dit: « Écoutes pas les bobards »
Qu ‘il y a dans les liv’ d’ histoire  »
Jeanne d’arc, la pucelle d’Orléans
Est en fait né à Abidjan
Le reste de l’armure fut proj’té dans la nature
Le cheval fougueux détourna les yeux
Elle sentait réglisse et vanille la belle
Jeanne d’arc
Elle m’a dit que j’avais le même slip que
Lanç’lot du lac
Un peu « largaoui », rêvassant dans la clairière
Je songeais, accroupi, aux fies épanouies
Soudain, sous mon nez, s’arrêta un pied en fer
« Bonjour, Mademoiselle »
C’était Jeanne la pucelle

Paroles et musique François Hadji-Lazaro

Une chanson plutôt rare

Je pensais connaître un peu les chansons de Dominique Grange. Mais ce n’était pas l’intégrale que j’avais, juste des morceaux choisis. Et j’ai découvert celle-ci en travaillant sur l’article coucher avec un flic – la suite.

{Refrain, x2:}
On a toutes, toutes, toutes
Sa petite époque Jeanne d’Arc

Alors on coupe ses cheveux
Qui faisaient l’orgueil de maman
Et puis on quitte son Orléans
Pour un Paris plus mystérieux
En cotte de maille, de nylon
Trop fragile pour des pucelles
On va lever ses bataillons
Dans tous les clubs et les cocktails

Car

{au Refrain, x2}

On porte des culottes de cheval
Puis on cherche un roi à sacrer
On part pour Reims, très excitée
Mais elle est vide la cathédrale
Alors on redevient cheftaine
Et le dimanche on va fouiner
Aux puces pour y dénicher
Des auréoles en fer forgé

Car

{au Refrain, x2}

Et nos petites Jeanne d’Arc de paille
Qui ont, au fond, trop peur du feu
Renoncent à livrer bataille
Pour se livrer à des aveux
Et quand elles épousent en bonne cause
Un Anglais, c’est pour le brûler
Toute sa vie sur un bûcher
Autour duquel elles vont danser

Car

{au Refrain, x3}

Un découverte – Gérard Manset

Je ne dirais pas que je suis fan de Manset, mais il est dans le haut de mes références. Je n’avais pas mémorisé cette chanson librement inspiré de Jeanne D’arc.

Quand elle revint chez les siens,
Les gens l’attendaient sur le port,
Buvant le vin des musiciens,
Entourés d’hommes et de chiens
Fidêles aux longs cordages
Et qui tenaient debout leurs fusées.

On lui mit autour du cou
La dent du dernier cheval mort
Qu’on avait amené chez nous
Et dont on dit qu’il bouge encore.

En elle-même, au fond du puits
Du temps qui s’est passé depuis
Alors autour des barques folles,
Les flammes rouges montent du sol
Et devant l’évêque de Meaux
On parle d’elle à demi-mot.

On dit de Jeanne revenue,
Rendant au ciel sa lame nue
Que chaque démon qu’elle abat,
C’est celui qu’elle avait mis bas
Quand elle revint chez les siens.

Les gens l’attendaient sur le port,
Fumant l’herbe des magiciens,
Jouant sur des violons anciens.
Au creux de leur âme s’envole
La chanson de Jeanne la folle.

On dit que Jeanne est revenue,
Que c’est le démon toute nue
Et devant l’évêque des mots,
On la condamne à demi-mot.

A côté d’eux, la Marne roule
Et, de son écharpe, elle enroule
Magiciens sans cérémonie
Qui montrent le creux de son lit.

Alors, tout est bien
Et, de la Marne au Rhin,
Les hommes et les chiens
Tout le long du canal
Suivent Jeanne au bûcher bancal.

Quand elle revint chez les siens
Vivante et tous les autres morts,
Il s’en trouvait peut-être bien
Qui l’attendaient, qui l’aiment encore.

Au fond du puits volent les cendres
Où l’on voit son âme descendre.
On dit que Jeanne reviendra
Portant sa tête dans un drap.

Autour des barques qu’on a mises,
Montera l’eau de la Tamise
Et chanteront les vagues bleues,
Crachant des anges comme il pleut,
Des faux, des fourches et des pieux.

C’est pour le jugement de Dieu
Et chanteront les vagues bleues,
Crachant des anges comme il pleut
Des faux, des fourches et des pieux.

C’est pour le jugement de Dieu
Et chanteront les vagues bleues,
Crachant des anges comme il pleut
Des faux, des fourches et des pieux.
C’est pour le jugement de Dieu

A qui appartient Jeanne d’arc ?

Et pour finir un retour à la politique avec le groupe eLZef, et une chanson de 2007.

A vous de laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.