Facebook : Haine & intérêt – Coulisses du blog #4

images profil facebook gabriel-le

Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Pour lire les autres participations, allez sur ce lien : http://www.trucsdeblogueuse.com/facebook-aime-coulissesdublog-4/

 

 

images profil facebook gabriel-le

Je déteste Facebook, mais vous invite à devenir mon ami en cliquant sur le lien ! Commencerais-je par un paradoxe ?

La première chose que j’affirme à quelqu’un ne possédant pas de compte Facebook est de ne surtout pas y aller s’il n’en a pas le besoin impérieux.

 

Pourquoi je n’aime pas Facebook

C’est une entreprise capitaliste qui vit de l’espionnage des gens, de la collecte de leurs données personnelles afin de les revendre. Ainsi, nous ne sommes qu’un produit pour qu’elle se fasse de l’argent et que l’on soit mieux ficher que par les Renseignements Généraux. C’est la plus magnifique façon imaginée de fichier la population de façon volontaire pour connaître ces activités personnelles, opinion politique, religieuse, musicale… Bref, bienvenu-e dans le monde de big data où nous fournissons nous-même les informations à ceux qui nous fichent.

Facebook décide pour nous. C’est cette entreprise qui avec ces algorithmes nous impose des contenus proposés par nos amis, ne montre pas tout ce qu’ils publient. Toute une partie des contenus, suggestions d’amis, de groupe, de page ne sont que des choses en rapport avec ce que l’on connaît déjà, il n’y a donc pas une ouverture, mais un enfermement.

Dans le même registre leur pudibonderie consistant à censurer tout ce qui représente un corps nu même des œuvres d’art (censure de l’origine du monde, blocage de la page du musée d’Orsay car il y avait des photos de tableaux avec des nu-e-s), des documentaires publiés sur des chaînes de télévision publique (notamment un très bon documentaire suédois sur l’éducation sexuelle)… Le fait de ne pas censurer (j’assume) les propos racistes, sexistes, homophobes est pour être poli problématique. D’autant que vu son hégémonie cela augure un nouvel ordre moral réac, prude, digne de l’époque victorienne.

Il m’est arrivé de faire plusieurs overdoses de Facebook où le consultant dès que possible notamment les périodes d’attentat, d’élections… j’en ai oublié de faire d’autres choses et de penser à autre chose. C’est aussi une façon de voir des informations répétitives, Facebook fait un peu l’effet des chaînes d’information continue : un événement important, au moins important pour l’ensemble de mes amis, va être surpublié jusqu’à ce que j’ai l’impression que cet événement est grandiose et qu’il n’y a que ça à voir ce jour-là.

Régulièrement, je m’impose des cures de non connection sur ce réseau social.

 

Pourquoi alors je vais sur Facebook

Je me suis créé-e un compte Facebook  en 2010 (ça fait donc 7 ans que je déteste Facebook et que j’y fait (ma schizophrénie se porte très bien)) pour pouvoir générer et gérer une page pour l’association Bi’Cause. Depuis je continue à m’occuper avec d’autres de cette page, de la faire vivre, de publier les événements… Elle à plus de 1000 « j’aime ».

Je me suis créé-e un profil dont le nom d’origine était Gabriel-le militant-e, Facebook a considéré que ce n’était pas ma vraie identité (vivement le défi sur l’anonymat) et j’ai dû le changer par celui que vous pouvez connaître maintenant. C’est un profil militant et pas un profil familial. Je ne suis d’ailleurs amie avec personne de ma famille. C’est pour moi une source d’information sur la politique évidemment gauche, anarchiste, écologiste, l’actualité LGBT, un petit peu d’humour (Complots faciles pour briller en société) et de poésie (Improbables Librairies, Improbables Bibliothèques), des musiques, pour de la veille sur les sciences et l’animation qui concerne mon emploi. Bref, c’est un outil de travail.

Liens avec le blog

Je vais donc évidemment profiter de mon profil Facebook pour pouvoir faire la promotion de mon blog. C’est évidemment par ce biais-là que j’ai eu mes premières visites des amis. Merci à eux/elles.

Il me reste maintenant, une fois que j’aurai encore un petit peu améliorer le site (notamment la page d’accueil), à trouver des groupes autour de la culture LGBT, de la chanson française pour pouvoir diffuser mes articles afin d’illustrer les choses. Donc facebook va à nouveau me servir malgré tout ce que je pense de mal de cette entreprise car il y a quelques différences entre l’entreprise nauséabonde, dangereuse et le service plutôt utile qu’elle peut rendre.

A la lecture des contributions des autres blogueurs/blogeuses du défi de Mya, je me pose la question d’une page spécifique pour mon blog. JE vais prendre le temps d’y réfléchir afin d’être plus efficasse par ce canal.

Sinon j’utilise d’autre réseaux sociaux communautaires, je n’y ai pas encore fait de promo mais cela ne va pas tarder.

Je m’étais bien connecté à dispora*/framasphère*, qui est plus éthique. Il y a moins de monde, mais je vais peut-être y retourner puisque l’écriture de ce billet vient de m’y faire penser ! Et j’aurais plaisir à vous y retrouver (enfin si je retrouve mes identifiants).

Enregistrer

Enregistrer

1 thought on “Facebook : Haine & intérêt – Coulisses du blog #4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *