Vipères Lubriques – Jean Ferrat

pochette - je ne suis qu'un cri - jean Ferrat

pochette - je ne suis qu'un cri - jean FerratLa chanson Vipères Lubriques est une chanson du compagnon de route Jean Ferrat sortie sur l’album Je ne suis qu’un cri chez Temey en 1985.

Elle est l’archétype de la chanson comme je l’aime et dont j’aimerai en trouver d’autres à vous proposer sur le site. Elle se trouve en effet au croisement des trois lignes fortes  du site : les questions LGBTQI+, la sexualité et la politique.
En écoutant la chanson pour la première fois, j’ai été halluciné et je l’ai vite adopté dans mon top 5 des chansons de Ferrat (sans ordre : Potemkine (il faudra que j’en fasse un article à l’occasion), le sabre et le goupillon…).

L’expression Vipères Lubriques vient d’Andre Vychinski, procureur lors des grands procès de Moscou.
Ferrat, proche du  parti communiste mais loin de Moscou, reprend l’expression et se dénonce tous les vices possibles que l’Église et l’extrême droite aimeraient lui faire porter pour le discréditer.

C’est ce côté qui m’a intéressé et qui fait que j’apprécie la chanson, ce n’est pas parce que l’on à des pratiques sexuelles particulières et/ou une orientation sexuelle non hétéro que l’on doit être stigmatisé à cause de celle-ci. Notre sexualité ne peut être utilisé pour dénigrer nos idées politique (bien que notre trou du cul soit révolutionnaire).

Lors d’une réunion de Bi’Cause à l’occasion du Printemps de Poètes j’avais lus la chanson. Mon copain a lu lui aussi du Ferrat, lui aussi sur la répression des homosexuels/bisexuels dans Partout le bruit des bottes :

A moins qu’ils me ratatinent
Pour mon immoralité
Pour avoir baisé Delphine
Pour avoir été pédé
A moins qu’ils ne me condamnent
A mourir écartelé
Entre l’amour de Roxane
Et celui du beau Dédé

 

Paroles de Vipères Lubriques

Je te mange à la croque au sel
Ton vice est mon péché véniel
Mais si je dis dans ma chanson
Qu’aimer c’est pas la communion
Que les versets de mes prières
Sont bannis dans nos séminaires
Que je te prends très rarement
Comme on prend le saint sacrement

Il est certain que mes écrits
Feront d’la peine au pape
Il est certain que ses écrits
Feront d’la peine au pape
Je crains que les enfants d’Marie
A jamais n’m’échappent
Il craint que les enfants d’Marie
A jamais n’lui échappent

Si je racontais nos fantasmes
Et comment tu prends ton orgasme
Comment tu peux trouver suave
De jouer ma petite esclave
Comment c’est bien plus rigolo
D’être ton petit gigolo
Comment parfois je tyrannise
Tendrement ma putain soumise

Je me ferais traiter d’sado
De petit sadique
Il se ferait traiter d’sado
De petit sadique
Je me ferais planter dans l’dos
L’épée juridique
Il se ferait planter dans l’dos
L’épée juridique

C’est pourquoi j’aime mieux qu’on taise
Ce qui brûle en tes yeux de braise
Car si je disais par ailleurs
Que je suis même un peu voyeur
Que parfois je suis ton sujet
Que je puis être un homme-objet
Qu’en rêvant tu me mets des chaînes
Tu me prends pour ton bois d’ébène

Je me ferais traiter d’maso
De masochiste
Il se ferait traiter d’maso
De masochiste
Je me ferais broyer les os
Par les moralistes
Il se ferait broyer les os
Par les moralistes

Si je disais qu’en plus de ça
Les pédés ne me gênent pas
Que je n’ai rien contre les gouines
Que sont nos deux jolies voisines
Si j’ajoutais qu’il nous arrive
De faire la fête avec des Juives
Et de danser jusqu’au matin
Chez des amis nord-africains

On verrait dans le Parisien
Ma figure hirsute
On verrait dans le Parisien
Sa figure hirsute
La belle tête d’assassin
Écrirait Minute
La belle tête d’assassin
Écrirait Minute

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *